ÉTAT D'URGENCE, JOUISSANCE D'ÉTAT

ALBAN LEFRANC

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR ENTRER DANS LA RUBRIQUE

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR ENTRER DANS LA RUBRIQUE

 

Je suis pour l'harmonie universelle, dit-elle, et pour la fin du pitoyable Etat civilisé. Sous mon apparence froide et apprêtée se cachent et bouillonnent les flammes de la haine la plus brûlante à l'égard du capitalisme technobureaucratique qu'a le con en forme d'urne et la gueule en forme de bite. Dois-je continuer ?

Jean-Patrick Manchette, Nada

Souvent, l’Etat jouit.
Est-ce que nous aussi, avec lui ?
Nous qui sommes un tout petit peu quand même une infime fraction de l’Etat ?
Ou pas du tout ?

Après le 13 novembre 2015, par exemple, quand le premier ministre en exercice déclare avoir pensé :
« ça y est, on y est ! », on peut dire que l’État jouit très ostensiblement.

On essaiera dans cette rubrique de faire quelque chose, avec cette jouissance.

La recueillir ? S’essuyer les mains en tout cas.

ENTRER

RUBRIQUES


DES RUINES POUR ORIGINE
Sépànd Danesh

« NOUS ALLONS PERDRE DEUX MINUTES DE LUMIÈRE »
Frédéric Forte

SUSPENS & SYNCOPE
Agnès Geoffray

LES TENDRES PLAINTES
Perrine Lamy-Quique

ÉTAT D'URGENCE,
JOUISSANCE D'ÉTAT

Alban Lefranc

GRANAJOLA
Laure Limongi

LE MUSÉE DES VALEURS SENTIMENTALES
Gaëlle Obiégly

DE L'ATTIRAIL
Raphaël Tiberghien